La montée de St Probace

Publié par Nicolas le 13/11/2016

Montée de Saint Probace

St Probace est le nom de la petite chapelle qui surplombe Tourves. C’est également mon terrain d’entraînement, j’y monte 2-3 fois par semaine. Un grand bol d’air pendant la journée de boulot, au milieu de la garrigue avec une vue magnifique sur la Ste Victoire, la Ste Baume, la montagne de Mazaugue, la Loube, ou encore le début des Alpes du Sud avec le Verdon au fond… rien que ça 😉

Alors quand c’est le jour de la Montée de St Probace, LA course du village de 12 km, il faut que je me lève pour y aller, même si j’ai dormi 4h et que je ne suis pas sur d’avoir complètement dessaoulé de notre fort sympathique soirée (merci Nadia et Igor !)…

Le petit dej’ est sommaire, un jus de fruit fraîchement pressé, et c’est tout ce qui passe. Et vu mon état, il est préférable de ne pas surcharger la bête…

Récupération du dossard, et vu que je suis même un peu en avance, je me recouche 20 min. C’est décidement la grande forme ce matin 😀

9h30, il fait 5°C deh0rs, ça pique un peu mais ça réveille, les coureurs sont là pour s’échauffer, je trottine tranquillement dans le village avant le départ 30 min plus tard.

Le départ est donné, je suis enfin réveillé et réchauffé, ça va pas être de la folie côté performance mais il y a une super ambiance, le temps est magnifique, et ça fait un certain temps que j’ai pas couru en course, ça va me dégager les bronches 🙂

Je pars en dernier, ça me permet de démarrer doucement sans forcer, je double ensuite tranquillement pour trouver un groupe qui va au bon rythme. On commence avec une boucle de 5-6km au pied de St Probace avant d’attaquer la montée.

En aparté, si l’un des organisateurs passe ici, je ne comprends toujours pas pourquoi on fait cette boucle sur le bitume alors qu’on pourrait faire beaucoup mieux si on allait vers la route de Mazaugue derrière St Probace… voir même descendre dans les gorges du Caramy pour remonter une 2ième fois 😉

Bref, on est sur du bitume et le rythme s’accélère, la course est vraiment lancée, faut commencer à gérer un peu parce que je suis pas en état de me mettre trop dans le rouge… Mais l’ambiance est toujours aussi bonne, on discute un peu, des gens au bord de route nous encourage, il fait beau, on court, bref, tout va bien!

On attaque la fameuse montée, je suis à fond. Rassurez-vous tout de suite, c’était pas très spectaculaire, mais je suis bien monté, j’arrive en haut en ayant suivi mon groupe sans difficulté et je peux relancer au sommet. On est désormais sur la crête pour quelques centaines de mètres, la vue est magnifique comme d’habitude, mais j’ai pas trop le temps d’en profiter, juste de quoi voir les premières neiges au-dessus du Verdon.

On arrive au bout de la crête, et c’est là que je suis censé devenir une fusée qui double tout le monde 🙂 Ben oui quoi, c’est la descente avec des passages hyper techniques qui nous ramène au village, et comme je connais chaque cailloux du chemin, j’ai un sacré avantage ! Le problème est que ce n’est quand même pas la forme des grands jours, alors je me contente de quelques accélérations dans les passages les plus difficiles pour épater la galerie et grappiller quelques places…

La fin de la course est toujours aussi dure… j’ai l’habitude de parcourir cette partie en bitume en trottinant tranquillement, là tu es à fond avec 2 gars derrière bien décidés à te rattraper, et d’autres devant que tu te ferais bien, autant dire que tu ne chaumes pas.

L’arrivée, un coureur derrière moi se met au sprint, j’avais anticipé alors j’accélère pour lui faire comprendre qu’il vaux mieux qu’il oublie, mais visiblement il est têtu… Résultat il a gagné ^^

J’ai donc fini cette course en 1h16, précisément le même temps qu’il y a 2 ans. Mais je sais pas si c’est bien ou pas ^^