Journal du bord – Tempête au Cap St Vincent

Publié par Nicolas le 27/01/2017

Une belle nuit de tempête à bord d’Okolé ! Tout va bien à bord.

Tout s’est passé comme c’était pas prévu, dès la sortie du port. On se retrouve dans une pétole molle face à une mer de 2m… obligé de mettre le moteur mais je me demande où je vais comme ça. Je revérifie la météo, ça risque d’être mou cette nuit mais il faut bien avancer.

Il faudra attendre 30 min avant que le vent ne monte. Toute voile dehors!!! Je commence par m’écarter de la côte, le vent peut refuser dans la nuit et il faut que je puisse abattre. Et par sécurité également, le vent nous pousse sur la côte, il faut avoir une marge de manoeuvre en cas de pépin.

Ça monte rapidement, mais je perdrais mon anémomètre tout aussi vite… Il n’aime pas l’hiver celui-là… Je navigue au jugé, comme je l’ai toujours fait avant d’arriver sur ces grands voiliers. Un ris dans la GV, 2, on roule le génois, on est au travers du vent et il marche encore bien. La nuit tombe.

Premier grain, le vent refuse et monte d’un coup, on est couché et on ne peut faire route que vers la côte. .. C’est l’heure de mettre la trinquette… Côme monte me surveiller, j’en ai pour 10 bonnes minutes pour prendre directement un ris, et l’endrailler sur l’étai larguable. Heureux d’avoir tout bien préparer avant de quitter Cascais. ..

Je me retourne, des éclairs au fond. Souvenir souvenir…

Ca continuera de monter comme ça jusqu’à 3h du matin. On enchaîne les grains. J’ai tardé pour prendre le 3ème ris, j’avais peur de faire encore monter le vent… mais il a bien fallu. Le bateau ronfle, vibre, tape, on n’entend même plus l’éolienne qui pourtant semble prête à prendre son autonomie. Les hublots sont sous l’eau, le bateau bondi de vague en vague en atterrissant dans un terrible fracas… mais il fait route. Et il le fait avec une certaines aisance même. Il a l’air d’aimer ça, en tout cas la trinquette lui va bien. Dans le bateau on survit.

5h du matin, on a toujours pas pu dormir, trop violent, trop fort, mais ça se calme enfin. Direction les couchettes pour l’équipage. 1h30 de sommeil arraché au Cap St Vincent…

10h ce matin, la mer est toujours forte mais le vent s’est calmé, et surtout on a pu abattre vers le Cap qu’on devrait passer d’ici 3h. Mais ça ne sera pas la fin malheureusement, la route vers Gibraltar va rester inconfortable toute la journée, le calme devrait arriver dans la soirée.

Bonne journée à vous !

Nicolas